Skip to content Skip to navigation

Pensée Informatique et Algorithmique au Fondamental (PIAF)

Portrait de Brigitte Denis
Soumis il y a 2 semaines 3 jours par Brigitte Denis.

Pensée Informatique et Algorithmique au Fondamental (PIAF)

Il y a plus d’un an (blog du 22/1/2018), j’évoquais le regain d’attention pour des activités visant le développement de Pensée Informatique et Algorithmique (PIA), notamment celles relatives au domaine de la robotique pédagogique.

C’est un fait. Un consensus se dessine à propos de la nécessité de développer des compétences numériques chez le citoyen. L’école est donc inévitablement concernée, même si elle n’est pas la seule à pouvoir agir en ce sens. Les plans stratégiques récents issus de différents gouvernements (France, Luxembourg, Belgique…) le confirment. Au niveau européen, le référentiel DigComp 2.1 fait figure de référence commune. Dans différents pays de l’Union Européenne, on le retrouve décliné sous différentes formes, en fonction des liens avec la politique du pays concerné. Ainsi, en France, ce « cadre de référence des compétences numériques » est pris en considération pour remplacer le B2i. En Belgique, les travaux issus de la réforme liée au « Pacte pour un enseignement d’excellence » en Fédération Wallonie Bruxelles vont également déboucher sur une version adaptée de ce référentiel. C’est principalement avec la section 4 « programmation » du domaine 3 (création de contenus) que l’on peut faire des liens avec la PIA.

Attention, il ne faut pas perdre de vue que PIA n’est pas synonyme d’informatique ou de programmation. S’il est vrai que le concept d’algorithme est de prime abord souvent associé à l’informatique et à la programmation, la pensée algorithmique peut se développer indépendamment de celles-ci. C’est une étape de la pensée informatique qui consiste à structurer, organiser des actions et les décrire en tâches simples permettant de résoudre un problème. Ces actions élémentaires sont exprimables en langage naturel ou sous diverses formes de codage (ex. pictogrammes, organigramme…). Si le but envisagé est son exécution par une machine, l’algorithme sera traduit dans un programme recourant à un langage de programmation.

Dès lors, les activités contribuant au développement de compétences en PIA peuvent être de différents types, à savoir « branchées » ou « débranchées » (sans machine ni langage de programmation). Il est fréquent – mais pas du tout obligatoire !- de proposer de démarrer par des activités débranchées, qui ne nécessitent guère de ressources en termes de matériel ou de logistique, puis de passer à d’autres activités recourant à de l’équipement (dont des robots) et des langages de programmation.

Quel que soit le type d’activités considéré, il importe qu’un lien clair soit établi entre les compétences ciblées et les activités d’apprentissage proposées.

Depuis septembre 2018, le projet Erasmus+ PIAF (PIA dans l’enseignement Fondamental) mené par un consortium de 4 universités où sont rassemblés des experts en techno-pédagogie et en sciences informatiques, se penche sur la question du développement de compétences en PIA chez les élèves depuis la maternelle jusqu’à leur entrée dans l’enseignement secondaire. Après analyse de différents référentiels - dont DigComp, cette équipe a opté pour l’élaboration d’un référentiel de compétences-cibles spécifiques à la PIA. Ce dernier a fait l’objet de validations et de régulations, notamment lors de formations visant son appropriation et le développement de scénarios pédagogiques assurant une concordance entre les activités proposées et les compétences ciblées. Ce référentiel de compétences, accompagné d’exemples et d’un glossaire sera disponible en trois langues d’ici fin d’année. De plus, les autres ressources (scénarios pédagogiques, ressources didactiques…) produites conjointement par les équipes seront progressivement mises à disposition de la communauté éducative. Des séminaires seront organisés à Liège, Nancy, Luxembourg et Saarbrück en 2020 et 2021 afin de partager les ressources et résultats.